31 mars 2011 (2)

Auteur : • Publié le 5 avril 2011 à 20:28 • Catégorie : Veille Fukushima


L’usine de Fukushima n’avait pas de plan contre les risques accidentels majeurs.

Le site ne disposait que d’un brancard, d’un téléphone par satellite et de 50 vêtements de protection pour faire face aux urgences. Le plan de crise approuvé par les régulateurs japonais ne répondait qu’à des incidents mineurs et se perdait dans le détail des procédures. Aucun appel n’était prévu aux pompiers de Tokyo, aux militaires japonais ou aux fournisseurs d’équipement américains. Aucune mention de quoi faire si les réacteurs devenaient hors de contrôle. Si l’AIEA dispose de manuels de recommandations de sûreté, elles ne sont pas obligatoires pour les Etats. L’AIEA a d’ailleurs décliné de répondre à la question de savoir si les plans d’urgence japonais répondaient aux recommandations de l’agence.

Thewallstreetjournal.fr



ThierryGr

est cofondateur et président de l'association "The Co-Evolution Project".
Lui écrire | Tous les articles écrits par

Laisser un commentaire